CHARLES-HIERONIMUS PLANTARD

L’instigateur et le chef occulte d’ ORV. Ancien banquier d’affaires internationales, Enarque, Franc-Maçon du 33ème degré, proche du Vatican par la famille italienne de sa mère, Plantard est un homme puissant, un grand collectionneur d’artefacts, de talismans et de manuscrits anciens. C’est sa passion. Il est obsédé par son désir de percer les secrets du passé et de retrouver la source des pouvoirs évoqués par les anciennes cultures. Grâce à la fortune que sa mère lui a laissé, il entretient tout un réseau de correspondants qui cherchent pour lui les perles rares dans le monde entier.

Né en 1939 mais toujours très vert, Plantard est en train de perdre la vue. Il est prêt à aller dans le monde entier chercher un remède à son mal, aussi bien chez les chamanes et les guérisseurs que chez les médecins et les chirurgiens…  Il vit  entre son extraordinaire demeure au sommet de l’Arche de la Défense, dans la ligne de la pyramide du Louvre et ce n’est pas un hasard,  et un des forts construits par Vauban dans les montagnes au-dessus de la vallée de l’Ubaye, près de la frontière italienne…

On ignore s’il en fait partie, mais son nom apparaît régulièrement dans les listes de ceux qui assistent aux réunions d’une loge secrète, le  Bilderberg, avec de hauts fonctionnaires européens et des grands de la finance. Issu de la même promotion de l’ENA que le ministre de l’Intérieur, ils sont restés très proches, et le ministre le consulte sur certains cas difficiles. C’est au cours d’une de ces discussions que Plantard lui suggère de créer un service spécial pour toutes les affaires  « différentes » qui se multiplient, dont   le ministre lui confie la responsabilité.

Il initie donc ORV, l’Observatoire des Rumeurs Virtuelles… et installe Noirange en première ligne. Il recrute Dante, qu’il a rencontré chez l’Aga Khan, quand celui-ci  travaillait sur les croisements génétiques des chevaux de course, et a été très impressionné par sa façon originale de fonctionner et son intelligence aigüe. Quant à Arielle, elle est incontournable pour lui, il se demande même parfois si ce n’est pas pour l’attirer dans son emprise qu’il a créé ORV. Son importance tient-elle aux relations passionnelles qu’il a entretenu avec la sublime et sulfureuse Klara Von Debretsy, sa mère, ou à un dessein plus secret, la question reste en suspens…

Plantard et le Ministre conçoivent ORV comme  un instrument occulte de renseignement, qu’ils veulent également utiliser pour infiltrer et manipuler l’opinion. Internet les irrite infiniment, cet incontrôlable et instantané média d’information où leurs adversaires s’acharnent à glisser des vérités qui ne devraient être réservées qu’à un petit nombre d’initiés. La parade : faire courir la rumeur que tous les fous, les illuminés, les sectes se sont emparés du net, où ils racontent n’importe quoi sous prétexte de comptes-rendus scientifiques. C’est la guerre : rumeur contre rumeur.

Lorsque, dans un deuxième volume, la suite des Temps qui viennent, Balthus va créer, avec la complicité d’Arielle et Dante le site « le treizième cercle », où ils décident de révéler les éléments de leurs enquêtes que le gouvernement  veut occulter, ce site deviendra  la bête noire de Plantard. Il va s’efforcer de démasquer ceux qui sont derrière, sans jamais y parvenir. Balthus le manipule avec jubilation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*