interview de Muti et ses livres

[Zoom auteur #3] Bérengère de Bodinat

Suite à la lecture du livre Les temps qui viennent (cliquez pour lire mon avis), j’ai eu envie découvrir un peu plus l’auteure et elle a eu la gentillesse de répondre à quelques unes de mes questions.

Tout d’abord quelques mots sur l’auteure : Bérengère de Bodinat a grandi pieds nus aux Antilles. Grande voyageuse et lectrice, passionnée par l’étrange et l’invisible, elle a été décoratrice, puis directrice de casting dans la publicité et le cinéma, et enfin rédactrice et réalisatrice pour TEVA et M6.  Ses recherches sur la parapsychologie, l’histoire secrète, les sciences occultes et les prédictions apocalyptiques, la théorie quantique et toutes les avancées actuelles de la science l’ont amenée à l’écriture de ce premier roman surprenant. Source le site internet du livre.

1) Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?
La passion des livres. Pour moi l’univers était contenu dans les livres, que je dévorais avec avidité, bonheur, et une infinie curiosité. J’ai écrit dans une interview que “derrière tout lecteur fou se cache un écrivain en puissance”, c’est mon histoire.
2) Ce livre fait 684 pages et aborde des sujets vraiment différents, combien de temps vous a-t-il fallu pour l’écrire ?
Alors que j’étais au cœur d’une chaine de télévision, M6, devenue par penchant la spécialiste de toutes les séries étranges ou originales, j’ai eu l’idée d’écrire une série française qui puiserait dans l’histoire secrète, les phénomènes paranormaux, les faits divers ésotériques, etc… j’ai donc commencé par réfléchir aux personnages et au contexte dans lequel ils allaient évoluer. Cela m’a servi de travail de préparation quand j’ai décidé d’ écrire un roman à partir du pilote de la série. Puis j’ai mis à peu près trois ans pour l’écriture des Temps qui viennent.
3) Pour en revenir aux sujets abordés, autant scientifiques qu’ésotériques ou religieux, aviez-vous déjà les connaissances ou avez-vous dû faire des recherches poussées ?
Ce sont des sujets qui m’ont toujours passionnée, aussi  loin que je me souvienne. J’ai eu la chance de grandir dans un environnement propice à l’imagination et aux rêves, avec de nombreux personnages très originaux dans ma famille, ma grand mère tirait les cartes, mon grand père médecin ne quittait pas son pendule, un de mes oncles polytechnicien photographiait les auras des plantes et des pierres dans sa cave, un autre était sourcier, et quand on retrouvait les cochons de la ferme sur le toit, on savait qu’on leur avait jeté un sort. Il fallait une grue pour les redescendre…En somme, rien n’était plus naturel que le surnaturel, et dans ma tête la science et la magie se rejoignaient. Ces sujets, je n’ai cessé de m’y intéresser, j’avais donc déjà pas mal de connaissances en commençant à écrire les Temps qui viennent. Cependant, comme nous vivons dans un monde en perpétuelle mutation, j’ai dû faire de longues recherches sur les dernières avancées de la science, en particulier la physique quantique, et la génétique. Tout ce dont je parle dans le livre est étayé par des études scientifiques. Quant aux domaines ésotériques et religieux, ils évoluent aussi dans la façon dont on les appréhende au fur et à mesure que nous avançons dans notre période de transition. Ils devaient donc aussi être ajustés à notre époque.
4) Vous avez des personnages, principaux et secondaires, très fouillés, très complets, cela ne vous a-t-il pas demandé beaucoup de travail ?
Pour moi, la pierre angulaire d’un roman n’est pas l’histoire en elle-même mais ce que les personnages en font. Il est donc  fondamental  que chacun soit le plus véridique possible. Il s’agit de lui donner vie pour qu’il puisse agir de lui-même dans le contexte de l’intrigue. Pour cela chaque personnage doit être créé avec toute sa complexité, psychologique, familiale, sociale, universitaire, amicale. Et lorsqu’il a livré jusqu’à ses secrets et ses rêves les plus intimes, je n’ai plus qu’à entrer dans le personnage  pour savoir ce qu’il pense, ce qu’il ressent, et le suivre dans son aventure, intérieure et extérieure. Et oui, cela demande beaucoup de travail, mais c’est un travail fascinant.
5) Question un peu plus personnelle, pourquoi avoir choisi le prénom de Dante qui est, somme toute, peu commun ?
Le prénom de Dante s’est imposé à moi comme une évidence, puis quand j’ai découvert l’anagramme DANTE : ADN ET, j’ai compris pourquoi, parce qu’il y a dans l’origine et le passé de Dante quelque chose de singulier dont il va peu à peu découvrir l’ampleur. C’est aussi un nom qui porte une certaine puissance

6) Avez-vous l’envie d’écrire une suite, ou de faire une série d’enquêtes avec les mêmes personnages principaux ?
Oui, je suis en train d’écrire, non une suite, mais un autre livre qui peut se lire indépendamment des Temps qui viennent, avec les mêmes personnages sur une enquête très différente, dans d’autres lieux. Mais bien sûr leurs aventures dans le premier livre fait désormais partie de leur histoire, elle les a marqués, leur vision du monde a évolué. Ils peuvent y faire allusion, de même qu’ ils parlaient de  leur passé dans les Temps qui viennent.

Ce qui me donne clairement envie de connaitre la suite des aventures d’Arielle et de Dante !

Évaluez ceci :

Rate This

 

un autre avis de Club de lecture

LES TEMPS QUI VIENNENT de Bérangère de Bodinat

par Everbook le Mar 26 Juin – 10:28

Voici mon avis sur ce livre très prenant :

Il commence très fort avec une première scène angoissante qui nous plonge tout de suite dans une atmosphère mystérieuse et pesante, on est vraiment impatient de découvrir la suite. Que ce soit au niveau de l’histoire ou des personnages, on découvre vraiment tout petit à petit. Plus on avance plus on sent l’atmosphère s’alourdir, l’histoire au lieu de s’éclaircir au fur et à mesure de l’enquête s’assombrit. On plonge dans des complots gouvernementaux, des rites religieux, des mythes, des croyances, des prophéties s’entremêlent avec les Mayas, les Mérovingiens, les Bouddhistes…L’Auteur ne s’arrête pas à une vision de l’Histoire mais aborde une multitude de croyances, ce qui fait la richesse de ce livre.

On flirte sans arrêt avec le réel, les sciences et le surnaturel, le voile entre les deux est très mince, se chevauchent parfois mais qui apportent encore plus de mystère aux évènements, aux situations, font des personnages des êtres complexes, déjà au début on sent qu’ils sont spéciaux mais c’est vraiment au cours de l’histoire qu’on va en apprendre plus sur eux.

Personnellement j’ai beaucoup aimé les personnages : Arielle, notre Historienne qui m’a beaucoup touchée par son histoire, son passé, elle est très sensible aux auras, au surnaturel, aux médiums, aux cartes de tarots, aux fantômes, à ses intuitions, elle lutte perpétuellement entre ses pensées négatives et positives et se raccroche à ce qu’elle croit pour avancer et ne pas sombrer dans cet univers de Ténèbres.

Dante m’a également énormément plu : c’est le « scientifique » de l’équipe, qui même s’il ne rejette pas le paranormal, le tourne souvent en dérision, c’est un être spécial, il le sent mais se raccroche à notre 3ème dimension. J’aurais peut être aimé être plus dans sa tête mais le livre aurait fait 1000 pages à ce rythme ! lol.

Et Puis Balthus pour moi c’est la lumière de ce livre, bien sombre, il est toujours là pour apporter du reconfort aux deux autres enquêteurs, j’ai beaucoup aimé son dévouement, son côté protecteur et sa façon de voir notre monde est surprenante, c’est vraiment un personnage particulier mais très attachant et indispensable.

Les personnages plus secondaires sont également très intéressants que ce soit Cornélia, Diane, Charles Hiéronimus Plantard, Alexeï et j’en passe mais ils ont tous un côté sombre, complexe qui peuvent s’expliquer par les évènements du passé si bien que malgré les horreurs qu’ils peuvent faire (car ils en font) que je ne cautionne pas (mais alors pas du tout) on comprend leurs motivations.

Malgré les 685 pages, qui peuvent paraitre énorme pour certains, le temps passe très vite, on se laisse tellement prendre par l’histoire que tout le reste est secondaire. C’est sûr on n’a pas de l’action tout le temps mais on est plus dans la découverte de certains lieux, de monuments, de pans de notre Histoire avec toujours en arrière fond un peu de mystère. Finalement on ne sait plus trop où est la vérité et où s’arrête la manipulation.

L’écriture de l’auteur m’a beaucoup plu, je l’ai trouvé fluide, agréable, je ne me suis pas ennuyée une seconde, tout m’a intéressé du début jusqu’à la fin.

Je vais reprendre le résumé mais si vous aimez les histoires mystérieuses, avec une enquête à la clé, je vous le conseille et ne vous arrêtez surtout pas à l’épaisseur du livre. En refermant ce livre j’ai comme l’impression qu’une bataille avait été menée, mais que la guerre ne faisait que commencer….

 

http://clubdelecture.forumactif.com/t6748-les-temps-qui-viennent-de-berangere-de-bodinat#144906

Club de lecture

LES TEMPS QUI VIENNENT de Bérangère de Bodinat

par Tia le Mar 29 Mai – 18:57 Mon avis :

1e impression : je n’ai qu’un mois pour lire ce gros pavé de 6,1 cm de tranche (oui j’ai mesuré !). Effectivement, ce roman a de quoi faire peur. Et pourtant en le feuilletant et en consultant le sommaire, on se rend compte qu’il est très structuré : en effet, il est divisé en 5 parties à peu près égales composées de chapitres d’une dizaine voire d’une quinzaine de pages. Ouf, nous voilà rassuré, on ne va pas être lâché au milieu d’un marasme gluant d’informations qui jaillissent de toutes parts.

La couverture est assez intrigante au premier abord : on peut voir un visage, jeune, assez curieusement androgyne, qui tient devant lui un livre sur les pages duquel on observe d’un côté le Christ crucifié et de l’autre des bribes de mots, insuffisantes pour savoir de quelle langue il s’agit et a fortiori déchiffrer le texte.

Le prologue nous plonge directement dans la perplexité puisque ces deux pages racontent un sacrifice rituel vu par une petite fille. Mais est-ce vraiment un sacrifice ? Ou un meurtre ? Ou plus simplement un rêve ? Voire une prophétie ?

Les premiers chapitres nous permettent de faire connaissance avent les personnages : tout d’abord Arielle de Thal, versée dans l’étude de l’histoire des religions, des rites, du satanisme, capable de percevoir les ombres malfaisantes qui rôdent, et Dante Ibozu, scientifique spécialiste de l’ADN et de l’évolution, décrié par ses collègues. Nous rencontrons aussi Noirange, l’« ogre-araignée », le supérieur d’Arielle et Dante au sein de l’ORV. L’ORV, ou Organisation des Rumeurs Virtuelles, est une organisation créée à l’initiative du ministère de l’Intérieur français pour élucider les affaires autour desquelles rôde le paranormal. Au départ, il se compose d’Arielle, Dante et Noirange (et Luna la secrétaire).
Balthus est un personnage qui n’apparaît que plus tard dans le roman. Arielle a eu besoin de faire réparer son Mac et s’est retrouvée dans la boutique tenue par Balthus. Souffrant du syndrome d’Asperger, il a un QI exceptionnel et une symbiose étonnante avec les ordinateurs.

Peu après la création de l’ORV, le voilà mis à contribution. Une jeune femme, ex-top model, est retrouvée morte entourée de lys blancs, et attachée au 13e pilier du tunnel de l’Alma. Ce même pilier sur lequel s’est encastré la voiture de lady Diana un jour funeste d’août 1997. Autour de la jeune morte, des tags font penser à des rituels sataniques.
Arielle et Dante commencent leur enquête … L’autopsie du corps laisse apparaître un détail étrange : le cœur de la victime a été arraché. C’est une piste à explorer bien sûr, mais ce n’est pas la seule ; en effet, l’entrevue avec le mari de la victime oriente Arielle et Dante dans une autre direction : le contrôle mental (DID).
En parallèle de l’enquête, l’auteur nous livre entre autres des bribes de la vie de Charles Hiéronymus Plantard, personnage assez mystérieux dont les idées sont à l’origine de l’ORV.

Lorsque l’histoire est narrée du point de vue d’Arielle, le narrateur devient interne, alors qu’il est externe à l’histoire le reste du temps. Ceci rend le lecteur plus proche d’Arielle que des autres personnages, comme Dante, d’autant plus qu’on en apprend plus sur le passé d’Arielle, son enfance, ses relations (Anna Pozzi, Sam) … que sur la vie de Dante. A travers le point de vue d’Arielle, qui perçoit les énergies malsaines, l’auteur tisse sa toile ésotérique avec une finesse et une méticulosité qui fait parfois frissonner, révélant ainsi la face cachée et la duplicité de certains personnages.

L’histoire, bien que fascinante, est dense et compliquée. On sent que l’auteur a fait un vrai travail de fond avant d’écrire ce roman puisque les références à des évènements historiques, à des maladies ou à des essais cliniques sont très nombreuses et très complètes. Certains évènements historiques sont vus au travers du filtre paranormal, ce qui les révèle sous un angle assez intéressant et inhabituel, il faut l’avouer … Le style d’écriture est lui aussi très recherché, le vocabulaire est choisi, chaque mot est pesé.

Ce n’est pas du tout le genre de bouquin que vous pouvez lire aisément dans les transports en commun le matin/soir en allant/rentrant du boulot. Ce n’est pas non plus le genre de bouquin que vous pouvez lire si vos enfants piaillent dans toute la maison, non c’est le genre de bouquin qu’on lit lorsqu’on est au calme, afin de bien saisir toutes les nuances de l’histoire.

C’est pour moi un ouvrage d’une très grande qualité : je tire mon chapeau à l’auteur, qui m’a bluffé ! Et je vous conseille fortement de vous lancer dans cette lecture, vous ne le regretterez pas !

Muti et ses livres

Les temps qui viennent – Bérengère de Bodinathttp://mutietseslivres.com/2012/06/24/les-temps-qui-viennent-berengere-de-bodinat/ Mon avis : Quand l’auteure m’a bien gentiment contactée pour me faire parvenir son livre, je suis allée consulter son site, j’ai lu la 4ème de couverture et la possibilité de lire un thriller ésotérique m’a séduite.

Il m’est difficile de faire un résumé personnel de ce livre, tant il est dense est complet. Quand je l’ai reçu, je ne m’attendais pas à un tel « pavé », 685 pages à lire c’est assez conséquent ! Mais je ne me suis pas découragée et je me suis plongée de bon cœur dans sa lecture. Ayant pris dernièrement l’habitude de lire un genre destiné à un public plus jeune, il m’a fallu quelques pages d’adaptation avant de pouvoir vraiment m’immerger dans le roman.

L’auteur choisi de nous présenter les personnages principaux du livre un à un avant de nous introduire dans l’intrigue. Nous découvrons alors le duo d’enquêteur Arielle de Thal, jeune femme passionnée de religion et de sciences occultes et Dante Ibozu scientifique très pragmatique. L’auteure a fait un excellent travail de fond avec ses personnages, nous connaissons tout d’eux, leur passé, leur présent, ce qui les tourmente, ce qui les fait avancer… sans jamais céder à la lourdeur. Chaque pan de leur vie qui nous est dévoilé est primordial pour comprendre le fonctionnement, le caractère de chaque protagoniste, son rôle dans l’histoire, rien n’est laissé au hasard.
Nous sont ensuite présentés les personnages secondaires : Hieronimus Plantard ou Noirange, chacun a droit aussi à un portrait détaillé, comme chaque intervenant dans ce livre, qu’ils n’apparaissent que dans un seul chapitre ou qu’ils soient récurrents, chaque portrait est détaillé, nous comprenons chaque individus en profondeur. C’est un des points fort de ce livre, moi qui suis une grande curieuse de la vie des personnages, qui aime les connaître en profondeur, mes les approprier j’ai été servie ! J’aime avoir l’impression de connaître les acteurs des romans que je lis, comme s’ils faisaient partie de mon entourage, comme s’ils faisaient partie de ma vie, comme si je participais à l’enquête, et là j’avais vraiment le sentiment d’être sur la piste du tueur aux côtés d’Arielle et de Dante.

L’autre point fort du roman c’est l’opposition entre Dante et Arielle, entre le scientifique et la férue d’ésotérisme. Ils exposent leur point de vue, les confrontent dans la plus grande intelligence. Aucun des deux n’est réellement fermés aux arguments de l’autre, s’accordant même à aller dans le sens de l’autre si les arguments sont sensés. Cette confrontation permanente fait souvent d’ailleurs avancer l’enquête.
Je suis aussi très curieuse de tout ce qui est science occulte, et j’ai appris pas mal de choses en lisant ce livre, bon, je n’ai pas adhérer à tout, mais j’aime apprendre de nouvelles choses, ouvrir mon esprit à des courant de penser que je ne connais pas. Ce que j’ai préféré ? Tout ce qui tourne autour des pierres, le pouvoir qu’on leur accorde, et tout ce qui est en rapport avec la force de l’esprit, les pensées positives et la méditation. Bon, je dois aussi avouer que j’ai parfois été perdue lors des explications scientifiques, mais je pense que ça vient de moi, qui ne possède peut-être pas les connaissances nécessaires pour tout saisir, ce qui ne m’a pas empêcher de comprendre tout le livre et même de combler quelques lacunes.

J’ai beaucoup aimé ce livre, en premier lieux parce que pendant les 3 semaines de lecture, je me suis attaché aux personnages, que j’ai d’ailleurs quitté avec nostalgie en refermant le livre, et pour son côté à la limite du réel, nous flirtons constamment entre la réalité et une sorte de monde parallèle fait d’énergie pure. Bref un véritable moment de plaisir ! http://mutietseslivres.com/2012/06/24/les-temps-qui-viennent-berengere-de-bodinat/

Merci à Bérengère de Bodinat et à Pascal Galodé Éditions pour cette lecture.

Le petit plus : je vous prévois d’ici quelques jours (si tout va bien) une interview de l’auteure. De plus un site est consacré au livre où vous trouverez d’autres informations : www.lestempsquiviennent.com

 

Les Temps qui viennent à l’Ile aux Livres, le salon du livre de l’île de Ré

Vendredi 3 et samedi 4 août 2012, pour la 6ème édition de l’île aux Livres au Bois-Plage-en-Ré,  Bérengère de Bodinat fait partie des auteurs invités à partager ces deux jours de rencontres littéraires. Elle y dédicacera son  roman « Les Temps qui viennent ».

« Depuis sa première édition en 2007, le Salon du livre de l’Ile de Ré « L’Ile aux livres » est devenu un événement littéraire estival incontournable qui aura lieu à nouveau les 3 et 4 août 2012 au Complexe Polyvalent du Bois-Plage-en-Ré. Les fondateurs et organisateurs du salon, Joschi Guitton et Stéphane Guillot, ainsi que sa marraine Madeleine Chapsal et son parrain Patrick Poivre d’Arvor, tous deux fidèles au projet depuis le début, vous attendent nombreux comme les années précédentes pour partager ces rencontres entre passionnés de littérature.

Naissance d’un salon

Le salon l’île aux livres est né d’une rencontre entre une femme, Madeleine Chapsal, et deux hommes, Joschi Guitton et Stéphane Guillot. Un jour d’été 2006, Madeleine rend visite à Stéphane dans sa pépinière au Bois-Plage, deux livres sous le bras, celui de Stéphane et un des siens : dans mon jardin. Le courant passe, botanique d’abord, littéraire ensuite avec l’arrivée de Joschi.

Lors d’un déjeuner, Madeleine s’étonne que son fils de cœur, David Servan-Schreiber, habitué de l’île de Ré où il a écrit ses livres, n’y ait jamais donné de conférence.Sitôt dit, sitôt fait, Stéphane et Joschi l’organisent au Bois-Plage. Ce fut un succès. Lors du dîner suivant l’événement, Joschi propose à Madeleine de créer un salon du livre. Elle accepte non seulement d’en être l’ambassadrice mais également la marraine.

Dans la foulée, croisant Patrick Poivre d’Arvor au détour d’un plateau de télévision, elle lui propose d’en être le parrain, ce qu’il accepte avec joie. Dès lors, tout s’enchaîne. Les acteurs politiques et économiques de l’île de Ré, la Communauté de communes et la mairie du Bois-Plage adhèrent au projet. Stéphane et Joschi se démènent pour lancer la première édition du salon, Madeleine devient un soutien indispensable.  Le salon voit le jour le 6 août 2007.

L’aventure est reconduite tous les ans avec toujours plus d’auteurs, de visiteurs, de bénévoles et énormément de bonheur. Le salon se veut avant tout une rencontre autour du livre à travers les séances de dédicaces et les nombreux débats et tables rondes.

L’île aux livres fait aujourd’hui partie du circuit incontournable  des salons littéraires. Il bénéficie d’un excellent bouche-à-oreille et nous, organisateurs, bénévoles et tous les autres soutiens, sommes chaque année à l’œuvre pour que cet événement littéraire convivial perdure et se bonifie.

Joschi Guitton – Stéphane Guillot

http://www.ile-aux-livres.fr

Les Temps qui viennent en dédicace au Festival du Livre de Saint Vaast la Hougue, « Ancres & Encres »

Les 21 et 22 juillet 2012 s’ouvre la 11éme édition du Festival du Livre »Ancres & Encres », Festival du livre de mer et d’aventure, dont la marraine est Christiane Collange. Bérengère de Bodinat a été invitée à y participer pour dédicacer Les Temps qui viennent…

« Chaque année depuis 2001, le fort de la Hougue, érigé par Vauban en 1694 après la bataille de la Hougue, accueille à la mi-juillet, sur ce site inscrit au patrimoine mondial de l’humanité (UNESCO) et propriété de la Marine nationale, une soixantaine d’auteurs, à l’occasion du Festival du livre de Saint-Vaast-la-Hougue. Un événement culturel très connu et apprécié qui ouvre brillamment la saison estivale.

Dans un climat de qualité et très convivial (la dégustation d’huîtres est un grand moment…), les auteurs, nationaux et régionaux, rencontrent pendant deux jours un public toujours plus intéressé par leurs oeuvres. En témoigne la progression régulière du nombre d’ouvrages dédicacés: plus de 3300 en 2011!

Outre les dédicaces , les échanges avec le public sont multiples: conférences, tables-rondes et cafés littéraires se succèdent tout au long de ces deux journées. »

Festival du livre de Saint-Vaast-la-Hougue


Les Temps qui viennent en dédicace au Printemps du Livre de Montaigu 2012, les 31 mars et 1er avril

Un petit tour dans l’Ouest de la France, tout prés de Nantes, fin mars- début avril, invitée au Printemps du livre de Montaigu, pour une séance de dédicace des Temps qui viennent, quel plaisir !

Au cours de ce salon , le prix Ouest est décerné à un écrivain dont le livre se passe dans le Grand Ouest, dont la Normandie… Ceux qui ont lu les Temps qui viennent savent qu’un des lieux les plus puissants de Normandie, en dehors du Mont Saint Michel bien sûr, se situe dans la région de Dieppe, dans un village où l’église domine la mer et  où s’ouvre un vortex recherché des médiums et des ésotéristes de toutes sortes. C’est le village où Arielle revient  pour se ressourcer, dans sa maison entre la campagne et la mer, enfouie sous les hortensias… Souvenez vous de cet épisode sur la plage où elle a la vision du voyage astral de Diane, le jour où elle réussit à échapper au don de seconde vue de Funk-Romanov en se faisant invisible… souvenez-vous du marché de Dieppe, de ce chêne qu’elle taille dans son jardin pour que sa transparence s’ouvre sur les massifs de rhododendrons… du sable qui a envahi les concrétions calcaires de la plage, la rendant aussi douce qu’une grève de l’île de Ré… de l’extraordinaire Bois des Moustiers, conçu selon des principes théosophiques, où les fées sont libérées de leur piège d’ifs… La Normandie tisse sa toile magique tout autour de nous…

 

Prix « Plume de Glace », au Festival du Polar de Serre-Chevalier 2012 : Les Temps qui viennent nominés !

Après avoir reçu le « Prix Révélation 2011 » à la Forêt des Livres, Les Temps qui viennent sont nominés pour le prix « Plume de glace » au Festival du polar de Serre Chevalier…
Ce sont les lecteurs qui décident et votent sur internet,  il suffit d’aller sur le site ci-dessous.
Vous qui avez aimé les Temps qui viennent, allez voter sur le site du Festival du polar de Serre-Chevalier pour le dire et lui faire gagner le prix « Plume de Glace » … allez donner votre appréciation, transmettez à vos amis,
plus vous serez nombreux à voter, plus il aura de chances d’avoir un des trois prix!

pour cela allez sur le site/ sélection 2012/ vote : Les Temps qui viennent …

C’est parti ! la sélection plume de glace 2012 est dévoilée

www.plumedeglace.fr

Le festival de Serre-Chevalier est une véritable fête du roman noir : de nombreuses activités, rencontres entre public et écrivains orchestrées par le parrain de l’évènement : Patrick Bauwen accompagné par la ligue de l’imaginaire.
En plus du concours de la nouvelle catégorie jeune, concours photo sur le thème du roman policier Serre Chevalier Vallée  

Les Temps qui viennent dans Valeurs Actuelles – Guide livres du 22 septembre 2011

valeursactuelles.com
valeursactuelles.com

 

 

 

Les Temps Qui Viennent - VISIONNAIRE
Les Temps Qui Viennent - VISIONNAIRE

Lien vers l’article : ici

LA FORÊT DES LIVRES 2011- Prix Révélation pour les Temps qui viennent

L’Avant-première nationale à la rentrée littéraire en Touraine : les Lauriers Verts de la Forêt des Livres

Premier roman à l’honneur : le prix  Révélation à Bérengère de Bodinat pour Les Temps qui viennent.

Mon premier Salon littéraire, invitée par Gonzague Saint Bris, Président-fondateur de la Forêt des Livres, à la suite de la lecture attentive et enthousiaste de Jean-Yves Laurent-Lefèvre, « fou de mots et d’écriture », Président du Comité de lecture !
le train spécial Litteratour Orient Express emmène jusqu’à Loches écrivains, photographes et journalistes à un rythme des temps anciens… Même les oiseaux nous dépassent ! sur les routes les automobilistes jettent des regards intrigués à ce tortillard de luxe nonchalant. Nous retrouvons le goût de la flânerie, les noms des petites gares provinciales, le temps se ralentit malgré nos pulsions de citadins pressés…
L’Orient Express en lui-même est un bonheur d’autrefois, de boiseries et de raffinement, un écrin parfait pour ces écrivains pour la plupart reconnus et célébrés, à quelques exceptions dont je fais partie… A Loches la foule se presse, brandissant des multitudes d’appareils photos, immortalisant en direct ceux qu’ils n’ont vu que sur leur écran de télévision ou dans les magazines… les cars nous attendent vers Chanceaux Prés Loches, lieu exceptionnel dans un grand parc aux arbres centenaires où flottent les tentes blanches des dédicaces… la foule compacte, joyeuse, est dans l’expectative : enfin voilà ceux qu’ils attendaient !

à suivre…