interview de Muti et ses livres

[Zoom auteur #3] Bérengère de Bodinat

Suite à la lecture du livre Les temps qui viennent (cliquez pour lire mon avis), j’ai eu envie découvrir un peu plus l’auteure et elle a eu la gentillesse de répondre à quelques unes de mes questions.

Tout d’abord quelques mots sur l’auteure : Bérengère de Bodinat a grandi pieds nus aux Antilles. Grande voyageuse et lectrice, passionnée par l’étrange et l’invisible, elle a été décoratrice, puis directrice de casting dans la publicité et le cinéma, et enfin rédactrice et réalisatrice pour TEVA et M6.  Ses recherches sur la parapsychologie, l’histoire secrète, les sciences occultes et les prédictions apocalyptiques, la théorie quantique et toutes les avancées actuelles de la science l’ont amenée à l’écriture de ce premier roman surprenant. Source le site internet du livre.

1) Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ?
La passion des livres. Pour moi l’univers était contenu dans les livres, que je dévorais avec avidité, bonheur, et une infinie curiosité. J’ai écrit dans une interview que “derrière tout lecteur fou se cache un écrivain en puissance”, c’est mon histoire.
2) Ce livre fait 684 pages et aborde des sujets vraiment différents, combien de temps vous a-t-il fallu pour l’écrire ?
Alors que j’étais au cœur d’une chaine de télévision, M6, devenue par penchant la spécialiste de toutes les séries étranges ou originales, j’ai eu l’idée d’écrire une série française qui puiserait dans l’histoire secrète, les phénomènes paranormaux, les faits divers ésotériques, etc… j’ai donc commencé par réfléchir aux personnages et au contexte dans lequel ils allaient évoluer. Cela m’a servi de travail de préparation quand j’ai décidé d’ écrire un roman à partir du pilote de la série. Puis j’ai mis à peu près trois ans pour l’écriture des Temps qui viennent.
3) Pour en revenir aux sujets abordés, autant scientifiques qu’ésotériques ou religieux, aviez-vous déjà les connaissances ou avez-vous dû faire des recherches poussées ?
Ce sont des sujets qui m’ont toujours passionnée, aussi  loin que je me souvienne. J’ai eu la chance de grandir dans un environnement propice à l’imagination et aux rêves, avec de nombreux personnages très originaux dans ma famille, ma grand mère tirait les cartes, mon grand père médecin ne quittait pas son pendule, un de mes oncles polytechnicien photographiait les auras des plantes et des pierres dans sa cave, un autre était sourcier, et quand on retrouvait les cochons de la ferme sur le toit, on savait qu’on leur avait jeté un sort. Il fallait une grue pour les redescendre…En somme, rien n’était plus naturel que le surnaturel, et dans ma tête la science et la magie se rejoignaient. Ces sujets, je n’ai cessé de m’y intéresser, j’avais donc déjà pas mal de connaissances en commençant à écrire les Temps qui viennent. Cependant, comme nous vivons dans un monde en perpétuelle mutation, j’ai dû faire de longues recherches sur les dernières avancées de la science, en particulier la physique quantique, et la génétique. Tout ce dont je parle dans le livre est étayé par des études scientifiques. Quant aux domaines ésotériques et religieux, ils évoluent aussi dans la façon dont on les appréhende au fur et à mesure que nous avançons dans notre période de transition. Ils devaient donc aussi être ajustés à notre époque.
4) Vous avez des personnages, principaux et secondaires, très fouillés, très complets, cela ne vous a-t-il pas demandé beaucoup de travail ?
Pour moi, la pierre angulaire d’un roman n’est pas l’histoire en elle-même mais ce que les personnages en font. Il est donc  fondamental  que chacun soit le plus véridique possible. Il s’agit de lui donner vie pour qu’il puisse agir de lui-même dans le contexte de l’intrigue. Pour cela chaque personnage doit être créé avec toute sa complexité, psychologique, familiale, sociale, universitaire, amicale. Et lorsqu’il a livré jusqu’à ses secrets et ses rêves les plus intimes, je n’ai plus qu’à entrer dans le personnage  pour savoir ce qu’il pense, ce qu’il ressent, et le suivre dans son aventure, intérieure et extérieure. Et oui, cela demande beaucoup de travail, mais c’est un travail fascinant.
5) Question un peu plus personnelle, pourquoi avoir choisi le prénom de Dante qui est, somme toute, peu commun ?
Le prénom de Dante s’est imposé à moi comme une évidence, puis quand j’ai découvert l’anagramme DANTE : ADN ET, j’ai compris pourquoi, parce qu’il y a dans l’origine et le passé de Dante quelque chose de singulier dont il va peu à peu découvrir l’ampleur. C’est aussi un nom qui porte une certaine puissance

6) Avez-vous l’envie d’écrire une suite, ou de faire une série d’enquêtes avec les mêmes personnages principaux ?
Oui, je suis en train d’écrire, non une suite, mais un autre livre qui peut se lire indépendamment des Temps qui viennent, avec les mêmes personnages sur une enquête très différente, dans d’autres lieux. Mais bien sûr leurs aventures dans le premier livre fait désormais partie de leur histoire, elle les a marqués, leur vision du monde a évolué. Ils peuvent y faire allusion, de même qu’ ils parlaient de  leur passé dans les Temps qui viennent.

Ce qui me donne clairement envie de connaitre la suite des aventures d’Arielle et de Dante !

Évaluez ceci :

Rate This

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*