Entrez dans LES TEMPS QUI VIENNENT, cherchez les clés, suivez les signes et laissez-vous emmener…

Ce livre  a un message pour vous

Lisez-le selon vos désirs, comme un thriller, un roman noir ésotérique, un livre à tiroirs,  un roman intimiste avec ses secrets de famille et ses amours perdues, ou comme un petit traité de magie quotidienne…

Suivez trois héros, Arielle, Dante et Balthus,  confrontés à une étrange affaire qu’ils sont chargés d’élucider. Arielle, la narratrice, vous fait partager leurs aventures à travers ses perceptions singulières, ses doutes, son désir de comprendre. Leur enquête va bouleverser sa vie en l’obligeant à affronter ses propres fantômes et secrets de famille. Elle communique au-delà de la mort avec son amoureux disparu, qu’elle retrouve dans des rêves et des visions. Après une descente hallucinante dans les catacombes et l’exorcisme d’une enfant en Italie, Elle va se découvrir impliquée, à son insu, dans les arcanes de l’Affaire, jusqu’à l’ultime rebondissement…

Historienne des religions, spécialisée dans l’étude du paranormal et de la sorcellerie, Arielle a été recrutée par un service spécial gouvernemental, l’ORV, l’Observatoire des Rumeurs Virtuelles. Service destiné à élucider, contrôler et contenir les affaires étranges, voire paranormales,  qui se multiplient à l’aube du nouveau millénaire.

Deuxième expert de l’ORV, Dante Ibozu, scientifique atypique et touche à tout, rebelle à l’ordre établi, va tomber sous le charme d’Arielle. Tous deux cooptent Balthus, jeune voyant connecté avec l’âme des ordinateurs, le cristal de silicium relié par un maillage énergétique à tous les cristaux de la planète.

Leur première affaire : 21 juin 2010 – L’enquête sur le meurtre de celle qu’ils appellent « la jeune morte aux lys » entraine Arielle et Dante, par un étrange effet miroir, vers les agissements d’une noblesse occulte européenne, les manipulations mentales de services secrets, et les pratiques de sectes sataniques.  Irrévérents, contestataires, Arielle et Dante remettent en cause les dogmes scientifiques et religieux et bousculent les idées reçues, jusqu’aux racines de l’histoire de l’humanité.
Avec eux,  le lecteur change de regard, il pénètre peu à peu dans l’envers du monde, que sa nature invisible soustrait aux regards d’une humanité subjuguée. Outre monde sans morale ni éthique, où se jouent les vraies batailles pour le pouvoir, où les dernières avancées scientifiques rejoignent  les plus anciennes traditions.

Un livre visionnaire accompagne Arielle,  le Protocole des Prophéties de Jean de Jerusalem, dans lequel il décrit ses visions  des  temps où nous sommes, l’an mille qui vient après l’an mille… Ecrit en 1099 après J.C. à Saint-Jean-d’Acre, le  tableau qu’il dresse de notre époque est stupéfiant de vérité, et l’avenir qu’il prophétise à l’humanité fait frissonner…

Nous arrivons dans la période de transition annoncée par toutes les prophéties à travers le monde…  Entrez dans les temps qui viennent…

 

 

27 réponses à

  1. Delphine de Roquemaurel dit :

    Berengère,
    Tout simplement merci pour vos livres si bien écrit.
    A chacun d’eux je me plonge dedans et part dans un autre monde.
    J’attends le prochain avec impatience.
    Espérant vous rencontrer à nouveau lors de mon retour sur Paris après le Cameroun
    Cordialement
    Delphine

  2. Emma L. dit :

    Infiniment merci, Bérengère,
    pour votre thriller ésotérique,
    Les Temps qui viennent.

    C’est un ouvrage “à lire impérativement”. Son rythme hypnotique, l’ écriture fluide, efficace, chatoyante, le kaléidoscope de mystères, abondamment, excellemment documenté…Passionnant ! Vous êtes un-e écrivain-e !

    Une lecture menée à un train d’enfer, un livre dont je ne pouvais me décoller, devenue “accro” à vos folles révélations (?),
    (votre blog/internet, d’ailleurs, montre que je suis loin d’être la seule), à votre écriture magique.
    Je n’avais pas aussitôt terminé de le lire que ma curiosité était déjà en état de manque…
    Quelle joie ce fût de savoir qu’une suite était (est) en préparation !

    Dans le tome numéro deux, qui sait s’il sera permis de faire le tri entre rêve, cauchemar et réalité ?
    Ce sera un bonheur de pouvoir le vérifier…effrayant, cela se peut, mais puisque l’on veut savoir ?!
    Je suis très impatiente de la sortie du numéro deux !

    Pour avoir écrit ce livre, que vienne le succès que vous méritez !

    de la part d’une fan, un grand, grand merci,

    Emma

    • Mais c’est moi qui vous remercie, Emma, d’être entrée dans les Temps qui viennent avec une telle passion !

      Je l’ai écrit comme guidée par des illuminations intérieures, sur des sujets que j’étudie depuis de longues années.
      La part d’imagination ressort du scenario, mais les faits eux-mêmes correspondent à une réalité occultée par la pensée
      commune banalisée.

      depuis que je l’ai écrit, et grâce à lui et aux rencontres qu’il a provoquées, j’ai avancé dans la magie du monde qui est devenue une part de ma vie et me permet d’ouvrir de nouvelles portes dans le deuxième volume..
      .
      Nous vivons la transition, cette grande transition de la fin du cycle de 26 000 ans de la précession des équinoxes, l’entrée dans le cinquième soleil des mayas, le soleil du mouvement.

      Les lignes temporelles continuent à bouger, grâce aux consciences qui s’éveillent. Tout est possible, les dangers sont absolus, mais la puissance de la lumière a grandi…
      C’est ce que vont vivre, avec tous les aléas de ces temps bousculés, Arielle, Dante et Balthus, dans cette suite des Temps qui n’est qu’un décryptage de ce que nous vivons actuellement sur les plans subtils et tridimensionnels.

      Et je le vivrais avec eux, ainsi que tous ceux qui le liront.

  3. baillargeat dit :

    Bérengère de Bodinat semble faire parti de ces auteurs qui n’écrivent pas mais qui sont écrits. Ces Grands Temps à venir, dont elle nous promet les retrouvailles prochaines comme un retour vers une archaïque enfance de feu, sont déjà en elle.
    Installés, logés comme en creux au sein de son microcosme, ils rendent ces mots brûlants, vivifiants. Ils font vibrer chacune de ses phrases. L’agencement de ces mots dessinent en effet un signe intime, particulier, particules-liées, propre à chaque lecteur qui osera le lire comme on se regarde dans un miroir sans complaisance. Bérengère nous décrit le monde tel qu’il est: blanc et noir, lune et soleil, magique, et fait de rituels et de conjurations lovecraftiennes, de promesses d’amour vertigineuses entre l’être humain et son doppelganger, son double. Dans son livre, la technicité « moderne » des ordinateurs s’entremêlent à celle beaucoup plus ancienne du chamanisme et des forces médiumniques (Balthus)… Bérangère de Bodinat a réussi le tour de force (cyclique) de retrouver en elle, les racines de ces Temps futurs qui ont fait les branches du Temps d’hier, ces Temps d’avant dissimulés en nous, pareil à la voix blanche de l’Atlantide, lointaine mais pas éteinte… seulement immergée.
    Merci Bérangère.

  4. olimpia dit :

    felicitations Berengere,,, pour le livre,,,
    j’aimerais l’avoir,, et lire,
    tout mon amitie,, Olimpia.

  5. Alexis dit :

    Bravo pour votre livre ! a quand le deuxième ?

  6. Pagu dit :

    Tout d’abord, je tiens à féliciter Bérengère de Bodinat pour avoir écrit un tel livre… J’ai acheté ce livre il y a environ 3 mois mais j’ai seulement eu l’occasion de commencer à le lire aujourd’hui en raison d’une part de mon emploi du temps très chargé et d’autre part de mon travail en temps partiel qui me laisse aucun moment libre. Je suis à la page 111 et je crois bien que d’ici 2 jours j’aurais terminé à le lire. Je trouve que c’est vraiment un livre très intéréssant et j’ai hâte de lire la suite.

  7. DELPECH GENEVIEVE dit :

    Vite Arielle, vite la suite….

  8. lilipat dit :

    Je cherchais un livre qui me transporte vers un autre ailleurs tout en nourrissant mon esprit affamé et curieux et je suis tombée sur ce livre. C’est le livre qui m’a étrangement choisie. Merci à Bérangère pour cette histoire et ses personnages… Des multitudes de fenêtres se sont ouvertes sur d’infinis horizons, mon esprit insatiable a trouvé de la substance…. Et quelle substance !!!! Merci merci et merci…..
    Lilipat

    • bravo pour avoir su voir les fenêtres mi closes et les portes dérobées,
      dont certaines seront ouvertes plus largement par Arielle, Dante et Balthus dans les
      prochains volumes… L’histoire est loin d’être finie !

      quel plaisir quand les Temps qui viennent suscitent
      ces liens tissés à travers les mots, les idées,
      les symboles, par la grâce de ces êtres au départ imaginaires qui ont su prendre vie, s’incarner et
      exiger qu’on les suivent dans leurs aventures intérieures…

  9. Dominique Dardeau dit :

    votre livre est passionnant, je suis très honorée de pouvoir dire que j’ai passé l’après-midi du 28 août avec vous à Chanceaux près Loches, à la forêt des livres. il circulera, il ne restera pas sur les étagères de la bibliothèque ! merci

    • merci à vous de m’avoir accompagnée pour mon premier salon littéraire… dans ce lieu si beau et si chargé du passage de tant d’écrivains de talent,
      je suis vraiment heureuse que mon livre vous ait emmenée dans son intrigue et ses multiples ouvertures sur le monde, je m’aperçois que ceux qui ont eu l’envie de s’y plonger l’ont parcouru avec souvent de la passion, des réminiscences, des impressions de coïncidences et de synchronicité, toutes choses qui ne peuvent que faire un immense plaisir.

  10. Geneviève dit :

    Un de mes aïeuls, Pierre Christiani de Ravazan aurait été un Parfait.
    Nous sommes originaires du Sud-Ouest.
    Ma grand-mère m’a raconté qu’a la prise de Montségur, une poignée de Cathares
    se seraient enfuis vers un lieu mystérieux et personne n’a jamais retrouvé leurs traces.
    Montségur n’avait pas été érigé sur cette montagne par seul souci d’ être inaccessible aux ennemis. Le choix du site a été fait aussi pour des raisons ésotériques et spirituelles. Par exemple les quatre angles principaux du château furent construits en fonction des 4 points cardinaux mais aussi des Solstices et Equinoxes. Et surtout par rapport au soleil dont la lumière était un symbole très important pour les Cathares.
    Arielle, merci de m’en dire plus en ce qui concerne l’origine « D’Ailleurs » des Cathares.
    Cela m’interesse d’autant plus qu’un de mes ancêtres était Cathare, que je suis de Rhésus A négatif et du signe chinois du Dragon…..
    Encore merci pour ce livre… Vraiment!
    Geneviève

  11. Les cathares, vous savez ce que Balthus en pense, ils viennent d’Ailleurs, leurs origines vont bien au-delà de la race humaine… Ainsi il y a peut-être en vous de ces gènes lointains ! Cela doit faire de vous un être à part, un moine moderne ? avec toutes les tentations et les renoncements inhérents à cette singularité ?
    Puisque vous me parlez de fin tragique, ma dernière vie (dont j’ai connaissance) s’est passée en Inde, où, comme vous, j’ai été sacrifiée à mes idées, brûlée vive pour avoir prêché une autre façon de penser, inacceptable pour le pouvoir religieux en place. Je crains parfois que le destin se rejoue, que mes idées un soupçon iconoclastes attirent sur moi les foudres des bad guys, si je sortais de l’ombre.
    C’est pourquoi je tiens tellement à mon don d’invisibilité.

    • Jean de Kaltenhouse dit :

      Vous avez raison de vous méfier Arielle … Je ne sais pas d’où Balthus tient ses informations sur l’origine des Cathares mais en tout cas leur croyances et leurs pratiques sont très proches du contenu des textes de Saint Jean de Jérusalem que beaucoup de personnes présupposent êtres apocryphes en raison du peu de concordance avec les croyances de l’époque. Les cathares croyaient en la réincarnation par exemple.

  12. Jean de Kaltenhouse (Pas de Jerusalem) dit :

    Chère Arielle de T., Il est vrai que je me sens d’une autre époque mais je n’ai malheureusement pas de données officielles qui remontent aussi loin que vous le mentionnez sur ma lignée. Mais comme dit plus haut, il y a d’autre fenêtres pour observer le réel. Suite à une transe inopinée, j’ai revécu une scène de mon passé durant laquelle j’étais torturé à mort dans ce qui me semblait être un souterrain vouté et humide où d’autres personnes partageaient apparemment le même sort affreux et injuste, à en juger par les cris d’agonie qui montaient à l’unisson vers moi. Cette vision m’a été confirmée et interprétée à postériori par un « lecteur » d’aura qui m’a dit que j’étais moine dans un couvent au moyen-age, sans préciser à quelle date. Il rajouta que tous les membres de ce couvent furent arrêtés et torturés pour dissidence religieuse. Je mourus donc sous la torture dans ma dernière vie. Ils m’achevèrent à la hache parait-il. Une histoire de Cathares donc plutôt à vue de nez… Mais il suffirait de consulter l’Oracle de Belline pour en savoir plus…

  13. Gosta B. dit :

    ce roman incroyable fourmille de visions, de fulgurances, de colères et de questions, sous un style délibérément distancié. Il aborde des sujets qui nous touchent tous sans en avoir l’air, par menues touches au vitriol, il nous enveloppe de voiles à lever, de brumes à dissiper, pour retrouver les couleurs d’une réalité qui nous échappe. C’est une ode contre la pensée unique, un révélateur de mensonges, un salutaire secouage de pensées (excusez le terme). Rien de froid, que du sang chaud, de la passion et la volonté d’avancer dans notre labyrinthe obscur, comme disait jean de jerusalem.

  14. Jean de Kaltenhouse (Pas de Jerusalem) dit :

    Grand afficionado du Moine de H. G. Lewis et de Au-delà de Huysmans, je n’aurai qu’une phrase pour commenter ce livre délicieusement atypique qui transcende la matrice du roman gothique en l’hybridant avec les codes d’une série TV fantastique.
    Effectivement, en cours de route l’intrigue au lieu de se stabiliser et de converger vers une résolution prévisible, ne fait que se démultiplier et s’épaissir pour laisser la porte ouverte à toutes les spéculations à la dernière page. Ce qui bien sûr m’enchante. Enfin et pour finir, le parti pris de la narration à la première personne introduit aussi une dimension chamanique et poétique au détriment du fil rationnel, un autre entorse au règles des différents genres remixés ici avec un certain génie du collage qui renforce le coté baroque de cet OVNI littéraire décidément très attachant. Je finirai avec une citation du Dune de David Lynch qui est reprise dans le livre et qui nous concerne tous : Que le dormeur s’éveille…

    • En vous lisant j’imagine que vous êtes vous-même un des ces auteurs raffinés d’une autre époque, dont la culture éclectique favorise l’émulation psychique, ce que laisse suggérer votre nom aux résonances alsaciennes. Seriez-vous un descendant d’Apollonia, épouse de Claus Neber de Kaltenhüsen, qui fut en 1531 emprisonnée pour sorcellerie, mais relâchée parce qu’elle était enceinte après avoir juré de ne pas se venger de ses accusateurs ? autre figure de femme digne d’apparaitre dans les méandres d’ORV, et qui expliquerait votre inclination vers le versant fantastique des choses ? tant de choses passent par les lignées…

  15. mogore dit :

    tout d’abord je tiens vraiment à féliciter l’auteur pour ce roman magnifique, lorsque j’ai acheté ce livre je savais qu’il m’apporterait quelque chose d’immense, c’est très difficile à expliquer mais en fait ce livre me donne des clés pour ma vie actuelle, des questions que je me posais et grâce au livre j’ai des réponses, comme si il avait été écrit pour moi et je suis quelqu’un de non perturbé psychologiquement mais l’héroine de ce livre à beaucoup de point commun avec moi au niveau de ses ressentis, au niveau de ce qu’elle a pu ressentir dans le ventre de sa mère et les livres auxquels elle se réfère je les ai lus. c’est vraiment un sentiment étrange….. je voulais juste savoir si vous bérangère vous avez écrit ce livre parce que la trame de fond c’est vous ou c’est vraiment juste un roman sans aucune connexion avec vous même? merci de me répondre. lydia

    • BdeB dit :

      Merci Lydia, je suis heureuse que ce roman vous apporte des réponses… Pour répondre à votre question, je crois que pour la plupart des auteurs, un roman est une mise en scène d’évènements qui les ont concerné…
      Ainsi depuis mon enfance, j’ai rempli une grande malle imaginaire des pièces d’un grand puzzle, des correspondances entre un univers caché et le monde où nous vivons, synchronicités, moments singuliers, rencontres, impressions, intuitions insolites, empreintes, réminiscences… Ce livre a pioché dans la malle pour s’écrire, en n’utilisant qu’une partie de cette collection d’instants et de pensées, celle qui prend tout naturellement sa place dans l’intrigue. En ce sens, la trame de fond c’est moi, mais c’est bien au-delà de moi, cela procède d’ une sorte de maillage psychique, comme celui dont parle Balthus, par lequel nous sommes tous reliés selon nos affinités…
      Autour d’une histoire imaginaire, j’ai ainsi glissé un peu de ma vie, qui n’a pourtant rien à voir avec celles des personnages des Temps qui viennent.

  16. Belen Canovas dit :

    Littéralement happée par votre livre depuis qu’on me l’a offert pas par hasard !
    Tant de gens ne voient pas et n’entendent pas… J’ai sursauté sur le 90/ 10% de Dante, je le pense depuis longtemps mais ne le dis jamais !
    Bravo pour votre talent de mêler une histoire ficelée à merveille avec cet état des lieux si angoissant et ces personnages croustillants. Merci pour la découverte de Jean de Jérusalem incroyablement juste, pour ces fenêtres qui s’ouvrent les unes derrière les autres, pour ces sujets qui me passionnent mais en secret !
    Une personne « réveillée » a comme un fil qui la relie aux autres, ça donne une force, un optimisme précieux dans ce monde où l’on peut se sentir seul au milieu de gens qui ne sont pas là.
    Je n’ai pas encore fini votre livre, mais à la pge 483 je vous dis: bravo !

  17. Francis Basset dit :

    « On nous cache tout on nous dit rien », chantait Dutronc. Les Temps qui viennent disent tout. Avec moins de dérision que Dutronc mais les vérités qui glacent ne sont pas dérisoires. Ou alors sous la torture. Toutefois le souffle romanesque de ce livre est un peu d’air frais sur le gros bobo qui nous attend. On laisse alors l’angoisse monter en puissance au fil des pages, la tête bien calée dans l’oreiller du rêve.

  18. Pierre Dubrulle dit :

    De : varenge@orange.fr
    Objet : Rép : site les Temps qui viennent
    Date : 7 juin 2011 22:11:19 HAEC
    Cela suffit !

    Depuis que j’ai lu ces « Temps qui viennent » ma vie n’est plus la même et celle de mon entourage non plus …..

    J’ai terminé cette lecture d’un monde qui m’était inconnu lors de vacances en bateau autour de Rhodes, investie par les … Chevaliers de Jerusalem (en l’an 700 avant l’an deux mille)

    Vous imaginez mon Trip, pas toujours partagé par mes coéquipiers, lors de visites où toute armoirie gravée dans la pierre, toute acropole dominant la mer, tout relief particulier, tout batiment insolite, tout sarcophage pillé devenait pour moi révélateur d’une vérité jusqu’à là méconnue….

    Bref me voilà dans une situation si délicate qu’il ne me reste plus qu’à convaincre mon entourage de lire ces « Temps qui viennent » ou d’aller voir Bérangére pour lui demander comment vivre avec autant de gens insouciants autour de soi… Je lui donne rendez vous au Bois des Moutiers, elle saura où exactement !

    A bientôt, et ….Bravo !

    Pierre Dubrulle

  19. DELPECH dit :

    Un livre rempli d’érudition et une intrigue géniale!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*